Archives mensuelles : janvier 2012

Deux nouvelles femmes dans ma vie

Ah ce que ce commentaire a fait jaser sur Facebook! Bien sûr je l’ai fait exprès. Je me demandais juste si une des principales intéressées allait deviner que je parlais d’elle. Il semble bien que oui si j’en crois les derniers commentaires.

Non je ne suis pas tombé amoureux. J’ai fait une croix sur l’amour depuis longtemps… m’enfin, pour aujourd’hui ce n’est pas tout à fait vrai. Je suis tombé amoureux d’une voix, une des deux nouvelles femmes de ma vie. Son nom: Rumer. J’ai publié un billet sur Le Globe à son sujet. Je vous y invite. S’il est possible de tomber amoureux d’une voix, c’est bien avec celle-là. J’ai écouté l’album « Seasons of My Soul » en boucle toute la journée ou presque et je ne me suis pas lassé.

L’autre femme qui est entrée dans ma vie, c’est Nadia.  Une nouvelle amie qui a croisé ma route sur Facebook, j’en suis d’ailleurs fort heureux.  Nadia est auteure… ou dit-on écrivaine?  Pour moi c’est pareil.  Ce matin, je suis donc allé la chercher et je l’ai placée sur ma table de chevet.  Mais non, mais non!  Pas elle!  Son dernier roman, « L’amour n’est rien ».  Quelque chose a touché une corde sensible quand j’ai lu le résumé de ce livre.

Une rencontre, un jour, vient illuminer tous les autres. L’amour est tout ce dont on a besoin pour être heureux, pour flotter sur un nuage de bonheur, pour oublier les blessures et les carences du passé. Mais l’amour arrive-t-il toujours au bon moment ? Les plus belles passions sont-elles vouées à s’éteindre dans ces aléas du quotidien qui semblent avoir raison de tout, même des amours les plus sincères? 

L’amour n’est rien est l’histoire d’un deuil amoureux, avec tout ce que cela comporte de déchirements entre les souvenirs heureux et les détresses du coeur. 

J’ai vraiment hâte de lire le roman d’une personne avec qui j’échange à l’occasion. Quelque part je me sens vraiment honoré d’être un ami de Nadia. Je me demande si ça va teinter ma perception de l’histoire.

L’Amour n’est rien de Nadia Gosselin

Alors j’ai dit la vérité.  J’aurais ces deux femmes dans mon lit ce soir!  Mon lecteur MP3 me bercera de la voix de Rumer alors que je commencerai la lecture de « L’amour n’est rien ».

*****************************************************************************************************************************************

Alors que j’écris ce billet je ne peux que revenir sur Rumer.  Il n’y a pas que sa voix qui a touché la cible.  Les paroles des chansons ont également touché une corde particulièrement sensible:

When I was hiding from the storms

You heard me calling cout

Where were you?

With every demon on the road

You heard me crying out

Where were you?

You know I’ve searched the stars

I don’t know where you are

De « On My Way Home »

Carry me over

If you’re a healer

Cause I don’t know how long

I’m gonna be here

Tear me down

Could you save my soul

Give me a reason to carry on

De: « Healer »

La musique de Rumer, pendant un moment, m’a fait croire qu’un jour les démons vont quitter et qu’il y a encore une place pour l’amour… belle illusion?  Seul l’avenir le dira.  En attendant je me laisse bercer.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Livre, Musique, Tranche de vie, Vidéo

Remorquage: Histoire d’un billet mort-né

MAJ:  Je viens de vérifier avec remorquage mtl pour savoir où ils ont déposé ma voiture.  Juste pour le fun car je l’ai trouvé moi-même.  Ils n’ont toujours pas reçu l’information sur l’emplacement dudit véhicule!  Que d’efficacité!

Ce matin, 7h30, j’ai décidé de ne pas prendre la voiture pour me rendre au travail.  J’ai pris bien soins de regarder sur une bonne portion de la rue pour m’assurer qu’il n’y avait pas d’affiche indiquant un éventuel déneigement.  Deux fois!  Tout de go, je me suis dirigé vers l’arrêt d’autobus et j’ai profité d’un moment de quiétude, pas besoin de me soucier de la rue glissante ni des piments au volant!  Mieux encore, je n’avais pas à me trouver un stationnement près du bureau, pas de longue marche (car en général je suis assez loin de la bâtisse).  Cool!  C’est pas si pire le transport en commun!

Au retour, j’ai tout autant apprécié de me faire conduire vers mon logement.  Surtout que j’étais un brin fatigué.  Pendant le trajet je me suis même dit que je pourrais faire ça régulièrement, ça me donnerait le temps de lire.

Arrivé à mon arrêt, un détail capte mon attention.  La rue perpendiculaire à celle où était garée ma voiture est déneigée et je suis certain que ce matin, il n’y avait pas d’affiche.  Je suis soudain inquiet.  L’aurais-je manquée cette affiche?  J’approche la rue où je suis stationné et je réalise qu’il n’y a pas de voiture au coin et cette rue est étrangement « propre ».  Je tourne le coin et pas de voiture en vue… incluant la mienne!  Mon taux d’acide explose, j’ai l’impression que je vais éclairer le quartier comme un feu de la St-Jean.  OUI, je suis en tabarnak car je sais que la putain d’affiche n’y était pas à mon départ.

Aussitôt arrivé, je frappe à la porte de mon voisin pour lui demander s’il avait vu l’ostie d’affiche.  Comme moi et lui c’est comme l’eau et l’huile ça m’a pris une bonne dose d’humilité pour le faire.  Il me dit que l’affiche était là depuis quelques jours… j’aurais voulu lui dire « Fuck you t’es un osti de menteur » mais je commence à vraiment douter. NON!  Elle n’était pas là la criss d’affiche, j’en étais certain.

Après avoir nourri mon petit monstre poilu sur quatre pattes, je téléphone à la ligne 24h pour m’informer sur le remorquage de mon véhicule.  J’ai peine à contenir ma colère, mais je réussis à garder un ton relativement amical.  Je lui donne mon numéro de plaque… nada!  De mieux en mieux.  « Monsieur, ça prend un peu de temps avant d’avoir l’information.  Y’a des véhicules qui ont été remorqués hier et qui n’ont toujours pas été reportés « … je bouille!  Toujours amicalement, je me plains que ce matin l’affiche n’était pas là à mon départ.  Sa réponse?

-« Monsieur, la ville peut afficher l’interdiction de stationner quatre heures avant l’opération »
-« Comment? Autrement dit, ils peuvent mettre une affiche d’interdiction 7h-19h à 14h et passer dans les quatre heures? »
-« oui »
-« mais ça dit 7H… SEPT HEURES à 19h. Si je quitte plus tard que 7h et ils mettent l’affiche ensuite ils peuvent remorquer? C’est quoi ste niaiserie là? »
-« … »

Je pars à la recherche de ma voiture et je suis furax! J’ai besoin de cette contravention comme d’un traitement de canal.  J’en suis même à songer à écrire à Paul Arcand pour dénoncer cette pratique imbécile qui ne nous permet pas de retirer notre voiture puisqu’on ne sait pas que l’osti de pancarte est en place.  « Câlisse… y’en avait pas de pancarte à 7h, je l’sais osti ».  Tous les saints du ciel y ont passé.  Après une quinzaine de minutes à sillonner les rues, je trouve mon car stationné tout croche.  Je suis toujours en colère… « Prenez le transport en commun qu’y disaient… »  Ben oui!  Pis payez-vous un remorquage pour le fun!

Je déblaie la voiture et voilà que je trouve le constat d’infraction sous la neige.  « Bon câlisse… combien ça va me coûter là? »  C’est à ce moment que mes doutes ce sont confirmés.  À mon départ ce matin, l’affiche d’interdiction n’y était pas.  Le montant du remorquage?  0$… « Courtoisie » écrit en gros dans la description de l’infraction.  J’avoue, j’ai souri!  Je pense bien qu’ils savaient qu’une contestation était possible s’ils ont placé l’affiche en dehors des délais raisonnables.  Et j’allais contester, même s’il me fallait manquer une journée au travail.

Et ce billet alors?  Bah!  Je dois avouer que je suis content au moins de voir que la ville, ou mon arrondissement, respecte une certaine logique.  Si on n’a pas eu l’avertissement à temps, il n’y a pas de frais de remorquage.  Ma voiture est maintenant stationnée où?  Au même endroit exactement qu’avant le déneigement!

1 commentaire

Classé dans Tranche de vie

Question fondamentale

J’ai pensé partager cette image trouvée au hasard du Net.  Suggestion: en imprimer une petite copie à placer sur le coin d’un miroir ou quelque part bien visible sur le bureau.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Vais-je voir mes 46 ans?

Non non!  Ne riez pas!  Ne me dites surtout pas que c’est mon hypocondrie qui fait encore des siennes, nous sommes maintenant en 2012 et c’est, selon les Mayas la dernière année de notre ère!  C’est foutrement sérieux ça!  Qu’est-ce qu’on va faire?

Comme c’est la dernière année de notre vie, les options sont nombreuses.  Plafonner les cartes de crédit, s’en prendre d’autre en plus, et vivre à fond la caisse.  Surtout, quelques semaines avant de 21 décembre, tout sacrer ça là, dire bye-bye boss, loader le frigidaire de bière (ou de vin, c’est selon) et prendre ça ben cool pour les semaines qu’il nous reste à vivre!

Faut régler ses comptes!  Pas financiers là, on s’entend!  Après le 21 décembre, y’a pas grand chose qui vont pouvoir nous déranger alors, je parle des comptes avec le beau frère qui sent des d’sous de bras et qu’on endure parce que… c’est l’beau frère.  Pourquoi pas allez le voir avec une caisse de déo (faut pas oublier, l’argent ne sera plus un problème)?  Ne pas oublier de lui dire « câlisse man!  Tu dois brûler du linge avec des d’sous d’bras comme ça! »  Pourquoi ne pas envoyer des Emails pour remettre à leur place tous ceux qui se pognent le cul au bureau!… Non, pas un Email personnel… Message à tous!  Payez-vous la traite, le 21 décembre c’est notre dernier jour!  Faites-vous plaisir!  Le p’tit criss de chien à côté qui vient farfouiller autour de chez vous et qui jappe à toute heure du jour ou de la nuit… servez-vous de votre imagination et acheter vous une roulette de Duct-Tape!  C’est pas cher pour le fun que vous allez avoir!

Célibataires c’est votre année!  Une, deux, trois, dix blondes… Pensez-y, aucun risque d’avoir de pension alimentaire à payer!  Forniquez à outrance, y’en aura pas de come back!  Essayez surtout dans les derniers jours de rassembler le plus grand nombre possible de ces conquêtes chez vous… ou dans une suite de luxe ( $$$ no problemo) et prenez bien le temps de donner du temps à chacune.  Avec un beau speach, nul doute que certaines vont embarquer avec vous dans cette orgie deumilledouzienne.  La dernière de vos vies!

BON!  Trêve de sottises… ceci est mon premier billet de 2012!  Les dernières semaines ont été passées à bosser comme un fou et à apprendre en quatrième vitesse un nouveau logiciel pour mon travail.  Le Blogue était bien loin dans ma liste de priorités.  Mais enfin, le temps se dégage et je peux revenir à certaines de mes passions.

Je vous souhaite une merveilleuse année 2012.  Je vous souhaite en priorité la santé et je vous souhaite de rire au moins une fois à tout les jours.  Pas un petit rire forcé et artificiel après une joke plate de votre conjoint (conjointe) ou une personne au travail… non!  Un vrai rire bien senti, prenez quelques minutes par jour pour vous payer un moment de plaisir, coupable ou pas.  Riez, c’est bon pour la santé et ça fait toute une différence dans une journée!  Et je vous souhaite de réaliser vos désirs, des plus simples aux plus extravagants.

Je vous souhaite d’être heureux en 2012… et qui sait?  C’est peut-être vraiment la dernière!  Un jour, quelqu’un aura bien raison d’annoncer la fin du monde!

Photo:  grind365.com

5 Commentaires

Classé dans Humour